Lakshmi a neuf ans et travaille dans une manufacture en tant que rouleuse de cigarettes

Elle nous raconte l’histoire de sa sœur:

Ma sœur a dix ans. Chaque matin à sept heures, elle se rend chez l’homme qu’elle sert pour rembourser certaines dettes, et chaque soir à neuf heures, elle revient à la maison. Il la maltraite; il la frappe s’il croit qu’elle travaille lentement ou si elle parle aux autres enfants, il crie après elle, il vient la chercher si elle est malade et ne peut pas se rendre au travail. Je sens que c’est très difficile pour elle.

L’école et les activités ne m’intéressent pas. Je me moque de tout cela. Tout ce que veux, c’est reprendre ma sœur des mains de ce maître d’esclaves. Pour 600 roupies, je pourrai la ramener à la maison; c’est là notre seule chance de la retrouver.

Nous n’avons pas 600 roupies… nous n’aurons jamais 600 roupies [l’équivalent de 11 $ CAN]

Selon Human Rights Watch, plus de 10 millions d’enfants en Inde vivent dans la servitude pour dettes.

Ils ne représentent pas que des chiffres ou des statistiques, ce sont de vrais enfants. Bien qu’ils n’aient pas de nom et ne soient pas connus dans les rues où ils vivent, Dieu a créé chacun d’eux avec amour et il les connaît personnellement.

Il est peu probable qu’ils aient déjà tenu une brosse à dents ou un savon; ils n’ont jamais mangé un cornet de crème glacée ou câliné une poupée. La main-d’œuvre enfantine du sud de l’Asie travaille avec labeur dans les usines de feux d’artifice, de tapis et d’allumettes, dans les carrières et les mines de charbon, dans les rizières, les plantations de thé et les pâturages, et même dans les maisons de prostitution. Étant donné qu’ils sont exposés à la poussière, aux émanations toxiques, aux pesticides et aux maladies, leur santé est compromise; même leur corps s’est déformé à force de transporter de lourdes charges. Certains de ces enfants sont des travailleurs asservis pour dettes, condamnés à effectuer leurs tâches comme esclaves à cause de la pauvreté de leur famille.

Je me rappelle avoir été bouleversé quand j’ai mis les pieds dans les bidonvilles de Mumbai.

—K.P. Yohannan, Founder, GFA World

Choisissez un enfant

Are you from the United States?

If you would like to sponsor, donate or make a store purchase, please visit our US office page.

Hide this / Don't show me again