Menu
×

Donnez de l’espoir à un enfant et permettez à l’amour de Christ de gagner une famille en Asie

Témoignages


Quand j'ai besoin d'un encouragement sur les miracles de Dieu et comment Il opère, je lis Plus jamais un chien de bidonville, et il m'arrive souvent à ce moment-là de parrainer un nouvel enfant. Mon coeur est toujours touché quand je lis ce livre et je vois le grand rêve de Dieu pour nous afin d'atteindre toutes les nations. Je vois à quel point K.P. Yohannan est fidèle à la mission de Dieu, ses messages sont tellement percutants.

Monique
Rosemere, QC

Je donne parce que l'amour de Christ me presse. Et je loue Dieu pour votre ministère.

Merci pour le livre Plus jamais un chien de bidonville. Ce livre a changé ma vie et m'a aidée à faire des bons choix. Je suis tellement heureuse de pouvoir parrainer un enfant.

Huguette
Saint-Valare, QC

Dieu m’a mis à cœur d’aider. Nous sommes si bénis de vivre dans un pays qui possède bien plus que ce dont nous avons besoin. Combien dépensons-nous égoïstement? Dieu lui-même ne dit-il pas de donner au pauvre, à la veuve et à l’orphelin?

Crystal
Edmonton, AB

Bien que ce soit une tâche énorme de secourir l’Asie grâce à l’amour de Christ, les enfants représentent une source d’espoir.

Partout en Asie, des parents peinent à pourvoir aux besoins de leur famille. En grandissant, les enfants demeurent analphabètes, sans instruction et se font dire qu’ils ne valent rien. Par ailleurs, plus de 20 millions de garçons et de filles sont pris au piège de fléaux sociaux comme la main-d’œuvre enfantine et la prostitution afin de venir en aide à leur famille.

Le Bridge of Hope de Gospel for Asia remédie à de telles situations et en fait quelque chose de bien. Les centres instruisent les enfants et veillent à leur développement. Les familles connaissent l’amour de Jésus-Christ. En fait, ce sont plus de 74 000 enfants qui ont reçu de l’aide jusqu’à maintenant et des milliers de familles ont ainsi trouvé la foi en Christ.

Lisez les histoires qui suivent et découvrez comment votre parrainage peut faire la différence :

Pourquoi exploitez-vous cette petite fille?

Une mendiante portant une enfant dans ses bras demandait à manger. Le cuisinier a exigé qu’elle réponde à sa question.

L’homme devant elle, un cuisinier pour un des centres du Bridge of Hope, n’était pas sans savoir que beaucoup de mendiants se promènent avec de jeunes enfants pour exciter la compassion et recevoir de plus gros dons. Ils emploient cette stratégie dans le but d’empocher la plus grande partie de cet argent pour eux-mêmes.

Mais à la surprise du cuisinier, la dame âgée s’est effondrée en larmes et s’est mise à épancher son cœur.

Une fillette abandonnée par ses parents

L’enfant qu’elle tenait dans ses bras était en fait sa petite-fille Daya. Cette fillette avait déjà connu le bonheur, mais les querelles ont divisé sa famille.

Le père de Daya a commencé à battre violemment sa mère. Il n’éprouvait aucun amour pour sa femme et aucun de ses parents n’aimait Daya.

Peu de temps après, il a abandonné sa famille et épousé une autre femme. Malheureusement, même la mère de Daya l’a délaissée, alors il ne restait plus que sa grand-mère pour prendre soin de cette petite fille abandonnée.

Puisqu’elles n’avaient aucun revenu, elles se sont mises à mendier aux arrêts de bus, dans les gares et les commerces. À présent, elles se tenaient devant un cuisinier réticent à aider un adulte de plus qui, croyait-il, exploitait un enfant sans défense.

Ce cuisinier fut rempli de compassion quand il vit la vérité perler aux yeux de la grand-mère. Il l’invita à inscrire Daya au centre du Bridge of Hope, où il pourrait cuisiner des repas à la jeune fille pour de nombreuses années à venir.

Daya a rejoint le centre du Bridge of Hope, mais passait encore son temps libre entre la gare et les bas quartiers. Même là, elle ressortait du lot comme la plus démunie des pauvres. Étant donné qu’elle avait passé la majeure partie de sa vie dans les bidonvilles, elle s’y connaissait peu en matière d’hygiène et allait en classe avec les mêmes vêtements jour après jour. Les rares fois où elle prenait un bain, elle n’utilisait pas de savon.

Une nouvelle élève en butte à l’hostilité

Certains s’opposaient à Daya parce qu’elle manquait d’hygiène, mais le personnel s’est engagé à pourvoir à sa croissance dans le Seigneur et à ses besoins concrets, comme la propreté.

Certains parents ont commencé à faire pression sur le personnel du Bridge of Hope pour qu’il retire Daya du programme. Ils ne voulaient pas de cette fillette malpropre près de leurs enfants.

Ils ont même menacé de sortir leurs enfants du centre si Daya ne partait pas.

L’avenir de Daya se révélait incertain. Si on la rejetait du centre de Bridge of Hope, elle retournerait vivre dans les rues comme 300 000 autres enfants mendiants en Inde. Un jour ou l’autre, elle rejoindrait probablement les 20 à 30 millions d’autres filles et garçon qui y sont exploités comme main-d’œuvre enfantine.

N’ayant que sa grand-mère pour la protéger des prédateurs dans les bidonvilles, elle courrait le risque de faire partie des 1,2 million d’enfants indiens victimes de prostitution. Pire encore, si sa grand-mère mourait, son avenir serait dépourvu d’espoir.

Même si Daya ne se retrouvait pas mêlée à ces difficultés, à quel autre endroit entendrait-elle parler de Jésus?

Le cuisinier et le personnel du Bridge of Hope ont tenu leur engagement

Puisque le personnel savait que Dieu leur avait emmené Daya, il a pris la décision de la garder dans le programme, peu importe les conséquences.

Les membres du personnel se sont attaqués directement à son problème d’hygiène. Ils ont nettoyé la petite de huit ans de la tête aux pieds et lui ont donné de nouveaux vêtements. À la fin, elle était presque méconnaissable. Le personnel a continué de leur enseigner, à elle et à ses camarades de classe, à prendre soin de leur hygiène de façon appropriée et les a instruits au sujet d’autres habiletés fondamentales.

Six années de compassion

Daya, aujourd’hui âgée de 15 ans, connaît le Seigneur et a échappé aux fléaux sociaux qui guettent les jeunes filles du sud de l’Asie.

Voilà maintenant plus de six ans que Daya a rejoint le centre de Bridge of Hope. Aujourd’hui, Daya porte les magnifiques robes qu’elle et les autres filles reçoivent comme uniformes.

Elle ne mendie pas dans les rues. Elle ne travaille pas comme esclave. Elle n’est pas gardée captive dans une maison de prostitution. Elle n’est pas sans ressource.

Daya a foi en son avenir. Grâce à l’éducation qu’elle reçoit au centre du Bridge of Hope, elle réussit bien à l’école et désire devenir enseignante.

Mais avant tout, Daya connaît maintenant Jésus.

Bridge of Hope transforme des collectivités

Le Bridge of Hope de GFA transforme des collectivités entières, et pas seulement des élèves. La bienveillance manifestée aux enfants et à leur famille amène beaucoup d’autres personnes à connaître le Sauveur.

La grand-mère de Daya a remarqué la gentillesse témoignée à sa petite-fille et elles vivent maintenant toutes deux dans l’amour de Dieu.

Plus de 60 000 enfants comme Daya trouvent l’espoir en Jésus par l’intermédiaire d’un centre du Bridge of Hope, mais des millions d’autres vivent encore dans le désespoir. Faites la différence dans leur monde en parrainant un enfant.

Un homme analphabète est venu présenter une requête étrange à nos leaders du Bridge of Hope de GFA :

Accepteraient-ils d’envoyer leur « médecin nommé Jésus » pour aider sa femme malade? Il était très sérieux et suppliait ces gens de façon désespérée.

Voici son histoire. Dans un centre du Bridge of Hope de GFA étudiait un élève de première année nommé Nibun. Il ne se faisait pas seulement enseigner les mathématiques, la lecture et l’écriture; il apprenait également à connaître Jésus. Il écoutait attentivement ses enseignants lui parler de cet homme qui guérit les malades, chasse les démons et nourrit les affamés.

Nibun vivait dans une hutte de terre avec ses parents. Comme d’autres familles pauvres, la sienne ne pouvait s’offrir le luxe d’aller à l’hôpital quand un des membres était malade; le coût était simplement trop élevé et la plupart des docteurs se trouvaient à plusieurs kilomètres d’eux. Dix à quinze kilomètres parcourus en voiture ou en autobus peuvent avoir l’air d’une courte distance, mais le trajet est long quand on traverse la forêt sur un chemin de terre, surtout quand on est malade.

La mère de Nibun était très malade depuis un moment. Son père a fait tout ce qui était en son pouvoir et a même imploré tous ses dieux de l’aider. Mais sa santé a continué de se détériorer et son état est rapidement devenu critique. C’est alors que Nibun a raconté à son père les choses extraordinaires qu’accomplissait Jésus. Ce pauvre homme a alors cru qu’un médecin nommé Jésus travaillait à notre centre du Bridge of Hope de GFA.

En réponse à sa requête, deux missionnaires se sont rendus chez lui pour offrir leur aide selon leurs capacités. Ils ont parlé de Jésus à cette famille et ont annoncé l’Évangile. Puis, ils ont imposé les mains à cette femme et ont prié afin que Dieu la guérisse.

Comme nous le lisons dans la Parole de Dieu, c’est exactement ce que le Seigneur a fait dans sa miséricorde. La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre dans le petit village en entier. Grâce à ce miracle, plusieurs autres personnes ont connu le Seigneur. La semaine suivante, de nouvelles familles ont placé leur foi en Jésus.

Peu de temps après, la première Église dans l’histoire de cette collectivité a vu le jour. À présent, cet Évangile qui change des vies continue à se propager dans les villages voisins, et de plus en plus de gens découvrent le merveilleux salut offert en Christ.

Le réveil miraculeux qui s’est produit dans ce village s’est d’abord amorcé par l’intermédiaire d’un petit garçon nommé Nibun, qui a entendu parler du Seigneur pour la première fois dans sa vie dans un centre du Bridge of Hope de GFA.

Il suffit de 35 $ par mois pour donner à un enfant tout ce dont il a besoin (des fournitures scolaires, un repas par jour, des bilans de santé et plus encore) et lui permettre de fréquenter un centre du Bridge of Hope.

Ensemble, nous avons la possibilité de changer le destin d’un enfant, mais le temps file. Vous pouvez prendre une décision aujourd’hui qui transformera une vie pour toujours.

Parrainez un enfant et gagnez une famille par l’amour de Christ

Parrainez dès aujourd’hui et recevez une trousse comprenant la photo de votre enfant ainsi que du matériel de correspondance. Vous pouvez communiquer directement avec votre enfant afin de développer une relation avec lui ou elle.