Donnez de la nourriture et de l’aide aux victimes du coronavirus

Videos



Lire la chronologie des activités de secours.

14 janvier 2021

Les sœurs apportent de la chaleur et de la sensibilisation au COVID-19 dans les bidonvilles

Les habitants des bidonvilles, déjà démunis financièrement, ont grandement souffert pendant le confinement lié à la pandémie. Mais les Sœurs de compassion de GFA, comme Phaedra, ont trouvé des moyens de les aider de façon permanente en leur fournissant de la nourriture et d’autres produits essentiels, ainsi qu’en les sensibilisant au virus et à sa prévention.

Vêtements chauds pour les enfants des bidonvilles

Bien que les services religieux dans le bidonville où sœur Phaedra sert aient été interrompus en raison du confinement, elle et d’autres sœurs de compassion de GFA ont repris leurs visites aux familles une fois les restrictions diminuées, apportant encouragement et aide.

Servant dans un climat plus froid, ces sœurs ont remarqué que les enfants du bidonville manquaient de vêtements chauds pour se protéger de l’hiver qui approchait. Déjà confrontées à la pandémie, les sœurs savaient que le froid sans vêtements appropriés ne ferait qu’ajouter aux difficultés des enfants.

Pleines de compassion, les sœurs ont recueilli des vêtements chauds auprès de l’église locale et sont retournées dans le bidonville. Elles sont allées de maison en maison, distribuant les vêtements et priant avec les familles. Leur visite a apporté de la chaleur aux corps et aux âmes.

À gauche : Les sœurs ont réuni les femmes en petits groupes pour leur apprendre à connaître le coronavirus et sa prévention.
À droite : Les enfants reçoivent des vêtements chauds d’une sœur de compassion.

Clarie, une enfant vivant dans les bidonvilles a reçu des vêtements chauds des sœurs.

« Vous nous avez aidés à répondre à nos besoins », a dit Clarie. « Grâce à ces vêtements chauds, nous pouvons nous protéger du froid ».

Comme beaucoup d’autres pendant la pandémie, Raanan a lutté pour nourrir ses enfants.

« Je suis reconnaissant à l’Église », a déclaré Raanan, « qui nous aide à survivre dans toutes les situations »./p>

Sensibilisation

Les sœurs ont également reconnu l’augmentation des cas de coronavirus et ont pris l’initiative de sensibiliser les habitants des bidonvilles, sachant que beaucoup n’avaient pas encore entendu parler des effets négatifs du virus et ne prenaient pas les précautions nécessaires pour éviter l’exposition. Tout en respectant les restrictions gouvernementales, l’équipe a réuni de petits groupes de femmes pour leur apprendre à connaître le virus, ses effets et à prévenir sa propagation. Sœur Batya a parlé d’une bonne hygiène, comme la désinfection régulière des mains, et des autres précautions à prendre pour se protéger et protéger sa famille du virus.

« Nous avons entendu parler du virus, mais nous ne sommes pas conscients que le virus nous est nuisible », a déclaré un participant. « Je remercie les Sœurs de nous aider à comprendre le coronavirus ».

En pleine pandémie, les Sœurs de compassion de GFA continuent d’aider les opprimés, en montrant de l’amour et de l’attention aux personnes que d’autres ont peut-être négligées.

20 novembre 2020

Plus de 100 000 personnes reçoivent une aide pendant la crise

Une grande partie du monde continue d’être à un certain niveau de confinement lié au coronavirus. Bien que le Bridge of Hope de GFA n’ait pas été en mesure de poursuivre ses activités régulières, les centres ne sont pas restés inactifs. Bridge of Hope et d’autres ouvriers de GFA ont continué à avoir un impact sur les enfants, leurs familles et des communautés entières en offrant leur aide en temps de grand besoin.

Ces derniers mois, des dizaines de milliers de rations alimentaires ont été distribuées, comprenant des produits de première nécessité tels que du riz, des lentilles, de la farine, des haricots, de l’huile de cuisine et du sucre. Ces distributions se sont concentrées sur les enfants inscrits à Bridge of Hope, dont les parents sont souvent des travailleurs journaliers qui n’ont pas pu travailler, mais ont également inclus d’autres familles locales dans le besoin.

« Quand nous avons appris que le centre était fermé, cela nous a attristés », a déclaré Lalita, une étudiante de 14 ans. « Mais vous ne nous avez pas oubliés. Merci de nous avoir témoigné votre amour en nous fournissant ces précieuses rations alimentaires pendant cette crise ».

Sabah est une étudiante de 13 ans qui se trouve dans un autre centre. Comme beaucoup dans la région, sa famille traverse une crise financière.

« Parfois, nous ne sommes pas en mesure d’acheter nos besoins quotidiens », dit Sabah. « [Bridge of Hope] nous aide avec ces rations. Merci pour votre aide précieuse ».

De nombreux centres, en partenariat avec le gouvernement local et les responsables scolaires, ont organisé des programmes en conjonction avec des distributions de nourriture au cours desquelles les pasteurs de GFA et d’autres invités ont encouragé les participants ainsi que sensibilisé les gens au coronavirus et à la prévention de sa propagation.

M. Bhoj, un responsable du gouvernement local, a participé à un programme dans la région.

« Les enfants sont l’avenir de notre nation », a déclaré M. Bhoj. « Les aider dans leur besoin aura un grand impact sur leur avenir. Je remercie vraiment l’Église et ses dirigeants ».

De nombreux enfants, parents et autres bénéficiaires ont exprimé leur gratitude pour l’attention et les soins apportés par les ouvriers de GFA en ces temps difficiles, leur donnant « l’espoir de vivre » en cette période de crise, comme l’a dit un étudiant.

Charitrya est une veuve avec cinq enfants, dont l’un est inscrit à Bridge of Hope. Incapable de gagner de l’argent en tant que domestique, Charitrya a du mal à nourrir sa famille.

« Il y a eu des jours où nous n’avions rien à manger », a déclaré Charitrya. « Ce kit alimentaire nous a soulagés. Je suis reconnaissante à tous les dirigeants de nous l’avoir fourni ».

Les parents de Pushkar font partie des nombreux travailleurs journaliers qui n’ont pas pu travailler.

« Pendant cette pandémie, mes parents ont vraiment du mal à se réunir même pour un seul repas à la maison », a-t-il déclaré. « Aujourd’hui, je suis profondément reconnaissant au centre [Bridge of Hope] de nous avoir donné, à moi et à ma famille, ces kits de rations alimentaires ».

Prema est une autre étudiante. « Je suis heureuse de recevoir les rations alimentaires aujourd’hui », dit-elle. « Je suis éternellement reconnaissante à tous mes professeurs et aux autres membres du personnel, parce qu’ils prennent vraiment soin de nous et nous aident à grandir de toutes les manières possibles.

Les cours dispensés à Bridge of Hope vont bien au-delà des études académiques et forment les jeunes à devenir des personnes de caractère qui auront un impact positif sur leur communauté.

Un autre étudiant, Udah, a fait l’expérience de l’impact de Bridge of Hope.

« Le centre de projet m’a vraiment aidé à m’améliorer dans de nombreux domaines comme le bon comportement, les bonnes manières, et je suis certainement très encouragé et je réussis aussi dans mes études », a-t-il déclaré. « Je suis toujours reconnaissant à tous les enseignants et au personnel. Je suis également reconnaissant pour les rations alimentaires qui nous ont été fournies aujourd’hui et pour nous avoir enseigné les mesures à prendre contre le virus du COVID-19 ».

En plus d’encourager les élèves à bien étudier et à obéir à leurs parents, les enseignants donnent l’exemple. Peut-être en servant leurs élèves et la communauté en cette période de crise, les ouvriers de GFA donnent aux élèves de précieuses leçons par l’exemple, même lorsqu’ils ne peuvent pas être en classe.

Tegbir, un élève d’un autre centre, a reçu avec gratitude des denrées alimentaires et a observé l’exemple de ses professeurs.

« J’étais rempli de joie dans mon cœur », a-t-il déclaré. « Quand je serai grand, je servirai les gens en répondant à leurs besoins. »

Anisah, une autre étudiante, a également exprimé ses remerciements les plus sincères.

« Je n’oublierai jamais un si bon travail accompli dans ma vie », a-t-elle déclaré. « Merci à vous, dirigeants de [Bridge of Hope], pour votre amour et votre sollicitude envers chacun d’entre nous.

Cliquez ici pour en savoir plus sur Bridge of Hope.

1 / 19
2 / 19
3 / 19
4 / 19
5 / 19
6 / 19
7 / 19
8 / 19
9 / 19
10 / 19
11 / 19
12 / 19
13 / 19
14 / 19
15 / 19
16 / 19
17 / 19
18 / 19
19 / 19

23 octobre

La course d’épicerie du pasteur se transforme en distribution de nourriture

Lorsque le confinement de l’Asie du Sud a commencé, le pasteur Ibraheem de GFA s’est précipité au magasin pour acheter des provisions et a été arrêté par une foule immense rassemblée devant le magasin. En raison du confinement, les résidents n’étaient autorisés à quitter leur maison que pour faire des achats de première nécessité pendant une petite fenêtre de temps chaque jour. Le pasteur Ibraheem s’est frayé un chemin à travers la foule jusqu’au commerçant avec sa liste. Le commerçant a dit à Ibraheem qu’il allait rassembler les articles et lui a demandé de revenir plus tard pour ramasser sa commande.

Lorsque le pasteur Ibraheem a quitté le marché, il s’est précipité vers Kshantu, un homme de 50 ans qui fréquentait son église. Les hommes ont parlé des moments étranges qu’ils vivaient et le pasteur Ibraheem a demandé comment la famille de Kshantu faisait face à la pandémie et au confinement. Kshantu a répondu au pasteur qu’il ne pouvait pas aller travailler à cause du confinement. Comme Kshantu était un travailleur journalier, sa famille vivait de son salaire quotidien et sans travail, il n’y avait pas d’argent; sans argent, pas de nourriture. Le cœur du pasteur Ibraheem s’est brisé lorsqu’il a entendu les difficultés de Kshantu. Il a prié pour Kshantu et sa famille, pour que Dieu pourvoie à leurs besoins et les aide à traverser cette période difficile. Kshantu est parti mais Ibraheem est resté, profondément absorbé par ses pensées.

Avant de pouvoir retourner au magasin pour récupérer ses provisions, le pasteur Ibraheem a rencontré un autre membre de son église, Pallab, qui l’a accueilli avec un visage hagard. Le pasteur savait que cette famille traversait une période très difficile. La femme de Pallab avait récemment fait une fausse couche. La douleur de la perte de leur enfant était aggravée par la facture de l’hôpital, qui absorbait leurs revenus quotidiens. Maintenant, avec le confinement, Pallab ne pouvait plus travailler pour rétablir leurs finances. Leur famille était confrontée à la famine. Tout semblait s’accumuler contre cet homme et sa femme, qui travaillaient dur.

Le pasteur Ibraheem (à droite) a appris que deux familles de sa congrégation risquaient de mourir de faim pendant le confinement parce que Kshantu (à gauche) et Pallab, le chef de famille, ne pouvaient pas travailler. Le pasteur Ibraheem a ajouté de grands sacs de farine à sa liste d’épicerie personnelle pour aider à nourrir les familles. Kshantu accepte avec gratitude un sac de farine de 10 kilos.

Le pasteur Ibraheem a encouragé Pallab à continuer à faire confiance à Dieu dans les moments difficiles. Dieu connaissait ses luttes et avait un plan pour aider la famille de Pallab. Les prières du pasteur Ibraheem ont apporté un soulagement à Pallab et lui ont donné la force de continuer à faire confiance à Dieu.

Le pasteur Ibraheem s’est empressé de retourner au magasin pour récupérer ses provisions. À son arrivée, il a ajouté 20 kilos de farine à sa commande.

Après avoir ramené les sacs d’épicerie à la maison, Ibraheem a appelé Kshantu et Pallab pour qu’ils viennent et il a présenté à chaque homme 10 kilos de farine pour nourrir leur famille. Les hommes étaient reconnaissants de la provision inattendue de Dieu et les soins et l’attention de leur pasteur ont touché leur cœur.

« Dieu connaît nos cœurs et nos esprits », a déclaré Kshantu. « Donc, il a envoyé les provisions par l’intermédiaire de son serviteur. Je suis très reconnaissant envers [l’église]. »

Pallab était du même avis. « L’église nous a aidés dans les moments difficiles [quand personne ne connaissait] notre situation », a-t-il dit. « Je suis très reconnaissant à l’église! »

La foi des deux hommes a grandi grâce à l’aide de Dieu par le biais du pasteur Ibraheem.

Il y a beaucoup plus de familles comme celles de Kshantu et de Pallab qui ont besoin d’aide en ces temps difficiles. Les travailleurs journaliers, qui se comptent par millions, ont été durement touchés par le confinement provoqué par la pandémie. Les travailleurs de GFA répondent aux besoins de nombreuses personnes par des distributions de nourriture. Les congrégations locales s’unissent pour s’entraider dans leurs besoins essentiels, un peu comme l’Église primitive.

« Tous ceux qui croyaient étaient dans le même lieu, et ils avaient tout en commun. Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, et ils en partageaient le produit entre tous, selon les besoins de chacun. »
—Actes 2.44—45

12 octobre

Un partage à cœur ouvert oblige deux hommes à répondre à un besoin commun

Menahem et Raheem sont deux hommes de deux villages. Tous deux sont secrétaires dans des églises de GFA, tous deux ont pris à cœur les paroles de leurs pasteurs, tous deux ont été contraints d’agir. Ni l’un ni l’autre n’ont cherché l’honneur ou la reconnaissance. Menahem et Raheem sont seulement deux croyants ordinaires qui ont eu de la compassion pour leurs voisins dans le besoin et ont cherché à les aider et à montrer l’amour de Christ de manière pratique.

Trente familles ont maintenant de la nourriture grâce à eux.

Tendre la main aux voisins dans le besoin

Malgré les premiers succès obtenus dans la lutte contre le coronavirus à Odisha, le nombre de cas a récemment augmenté, avec 10 000 nouveaux cas en 15 jours seulement. Ce pic a suivi le retour au pays de 150 000 travailleurs migrants, qui étaient partis chercher du travail ailleurs et qui s’ajoutent maintenant au nombre de personnes dans la région incapables de travailler ou de nourrir leur famille.

Tout au long de la pandémie, le pasteur Menahem a encouragé sa congrégation à tendre la main aux gens autour d’eux. Nombreux étaient ceux qui avaient besoin d’un coup de main, qui avaient besoin de savoir qu’ils n’étaient pas seuls à attendre pour recevoir de l’espoir.

Voyant les besoins des voisins, Menahem et sa famille ont préparé des rations sèches comprenant du riz, des aubergines, des pommes de terre et des tomates et les ont donnés à 15 familles dans le besoin, dont beaucoup étaient d’une autre confession. Son pasteur et un ancien de l’église ont aidé à distribuer la nourriture.

À gauche : Harusha reçoit des denrées alimentaires de Menahem.
À droite : Après deux mois sans revenus, Dipali reçoit des rations sèches pour nourrir sa famille.

Dipali était l’un des bénéficiaires. Sa famille de cinq personnes s’est débrouillée avec le maigre salaire journalier que son mari gagnait généralement en tant que conducteur de tracteur, mais il n’a pas pu travailler pendant deux mois pendant les confinements.

« Nous n’avons reçu aucun salaire », a déclaré Dipali. « Nous avons donc dû emprunter de l’argent à notre voisin pour subvenir aux besoins quotidiens de notre famille. Nous voulons vous remercier pour votre grande aide au milieu de cette crise ».

Harusha a également reçu des rations sèches pour sa famille.

« En tant que famille, nous voulons remercier Dieu et les dirigeants de l’église pour nous avoir aidés pendant cette crise mondiale », a déclaré M. Harusha. « Bien que nous n’appartenions pas à leur foi, ils nous ont montré leur amour et leur attention. Nous les remercions et nous prions que Dieu les bénisse ».

Le ministère aux pasteurs

Pendant ce temps, Raheem, secrétaire dans une autre église de GFA, a été obligé de tendre la main aux pasteurs locaux dans le besoin. Ces pasteurs servent fidèlement leurs communautés, mais ont dû lutter pour nourrir leurs propres familles pendant cette période. Raheem a invité 15 pasteurs de différentes confessions à venir chez lui pour recevoir une épicerie contenant des articles essentiels tels que du savon, du riz, des haricots, de l’huile, du sucre, du sel, des épices, des lentilles, des pois et des pommes de terre. La joie a rempli le cœur de Raheem et de sa famille en allégeant le fardeau de ces pasteurs.

Pendant deux mois, le pasteur Geet n’a pas pu mener de réunions ni rendre visite à ses fidèles. En tant que pasteur indépendant, il ne reçoit pas de salaire mensuel; sa famille et lui dépendent des offrandes pour leurs revenus. Ils ont dû emprunter à d’autres personnes pour se débrouiller pendant le confinement.

« En tant que famille, nous voulons remercier Dieu pour sa miséricorde et exprimer notre gratitude à la famille du frère Raheem, également, de nous avoir aidés pendant cette crise », a déclaré le pasteur Geet. « Je prie pour que Dieu vous bénisse d’en haut. »

Un pasteur prie sur des rations sèches.

Le pasteur Keshaun, de l’église baptiste locale, était également reconnaissant pour ce geste d’amour.

« Je remercie Dieu pour les provisions que j’ai reçues aujourd’hui », a déclaré le pasteur Keshaun. « Votre église fait un grand travail en aidant les gens en cette période de confinement… Votre église vous enseigne bien. En tant que famille, nous voulons remercier les dirigeants de votre église et les croyants, et nous prions pour que Dieu vous bénisse tous ».

Comme Menahem et Raheem, des congrégations entières ont mis l’amour en action pour nourrir les affamés. Le besoin est grand mais, ensemble, ces croyants ont un impact sur les communautés avec l’amour tangible de Christ au milieu de circonstances difficiles.

25 septembre

Fournir du thé aux personnes âgées malgré le confinement

Bastavar observait les membres de sa maison de retraite, avec une petite voix d’inquiétude au fond de son esprit. En temps normal, lui et son personnel s’occupaient des 26 résidents de la maison de retraite, les emmenaient chez le médecin, les aidaient à prendre leur bain, leur fournissaient des repas quotidiens, organisaient des sorties spéciales et proposaient diverses formes de divertissement afin que les hommes et les femmes âgés soient heureux, en bonne santé et à l’aise. L’équipe de Bastavar finançait tout cela grâce à des dons de bienfaisance.

Les fournitures de thé fournies par Giransh et Pahalvan aideront Bastavar à continuer à s’occuper de ses résidents, comme cet homme de 98 ans.

Mais après l’entrée en vigueur d’un confinement du COVID-19 dans leur région, Bastavar s’est retrouvé avec un besoin d’aide supplémentaire. La plupart de ce qu’il fournissait aux résidents pouvait être pris en charge; ce dont il avait besoin était des fournitures pour faire du thé. Servir du thé deux fois par jour a rapidement épuisé les réserves dont Bastavar disposait. Cependant, il savait à qui s’adresser.

Quelques jours plus tard, Giransh et Pahalvan, deux employés de GFA, se sont rendus à la maison de retraite avec 143 livres de sucre, des feuilles de thé et du lait en poudre pour aider à approvisionner Bastavar. Giransh et Pahalvan, accompagnés d’un officier de police local qui les a accompagnés conformément aux directives de confinement, ont déchargé la cargaison, au grand bonheur de Bastavar.

« Je suis reconnaissant pour ce généreux don de la part des ouvriers de GFA », a-t-il déclaré. Je suis capable de faire fonctionner la maison de retraite parce que je m’occupe d’eux, mais je ne peux pas le faire seul et j’ai besoin d’aide pour obtenir plus de nourriture ». Grâce à ce don de lait en poudre, de sucre et de feuilles de thé, je suis en mesure de fournir du thé à tous les résidents. Le thé est la denrée la plus demandée…. Merci beaucoup ».

Parce que les travailleurs de GFA s’occupent continuellement des personnes de leurs communautés, des gens comme Bastavar savent sur qui ils peuvent compter en cas de besoin.

Le 11 septembre

Des denrées livrées avec amour

Akash s’est assis sur son rickshaw au repos et a frotté le volant tout en réfléchissant à sa situation. Comme personne n’était autorisé à voyager, il n’y avait personne à transporter; puisqu’il n’y avait personne à transporter, il n’y avait aucun moyen de subvenir aux besoins de sa famille. Comme pour beaucoup d’autres en Asie, le confinement empêchait Akash de gagner un revenu. En comptant les parents âgés d’Akash, il y avait chez lui sept bouches à nourrir, sept estomacs affamés. Puis Akash a rencontré le pasteur Kulwinder de GFA.

L’espoir sur une moto

Le pasteur Kulwinder s’était procuré des légumes auprès de vendeurs locaux, qui avaient fourni gratuitement les produits coûteux. En montant sur sa moto, le pasteur Kulwinder s’est rendu dans quatre villages du Sri Lanka pour distribuer les denrées qui comprenaient des citrouilles, des haricots, des poireaux, des concombres, des carottes et des choux, à 29 familles nécessiteuses de diverses confessions.

« Nous traversions une période très difficile à cause du confinement du COVID–19, car je ne pouvais pas conduire le rickshaw comme avant pour gagner de l’argent, » a déclaré Akash. « Je remercie ce pasteur chrétien qui m’a rencontré sur la route et m’a donné ce sac de légumes gratuit. C’est une grande bénédiction pour ma famille ».

« J’ai reçu ce cadeau béni d’un ensemble de légumes d’une église chrétienne, ce que je ne peux pas croire, mais c’est vrai. »

Alors qu’il distribuait des provisions, le pasteur Kulwinder a également rencontré Hiruni, dont le mari avait une petite entreprise. Mais après un couvre-feu de trois mois et une perte de revenus, il a été contraint de la fermer. Ils ont quatre enfants d’âge scolaire.

« Nous avions besoin d’argent pour nous procurer nos provisions et nos légumes, mais nous n’en avions pas assez », a déclaré Hiruni. « J’ai reçu ce don béni d’un kit de légumes d’une église chrétienne, ce que je ne peux pas croire, mais c’est vrai. »

À gauche : Akash (photo), conducteur de rickshaw, qui n’a pas pu travailler, reçoit des légumes dont sa famille a grand besoin.
Au milieu : Le pasteur Kulwinder distribue des provisions avec sa moto.
À droite : Comme Hiruni, cette femme reçoit avec gratitude des provisions du pasteur Kulwinder, ce qui lui permet de nourrir sa famille.

Persister avec amour

Le pasteur Kulwinder a participé à des activités de compassion pendant toute la durée du confinement, en distribuant des légumes aux familles les plus démunies. Il a surmonté de nombreux défis et est resté dans le cadre de la réglementation COVID–19 pour atteindre ces familles avec l’aide dont elles ont tant besoin.

« Par la grâce de Dieu, j’ai pu être une fois de plus une bénédiction pour 29 autres familles méritantes », a déclaré le pasteur Kulwinder. « J’ai prié et j’ai donné chaque sac de légumes à toutes ces familles…. Je veux continuer ce ministère grâce à la généreuse contribution des vendeurs de légumes. Je ferai de mon mieux pour aider les gens de ma communauté dans les moments difficiles. »

Grâce à ses prières et à ses actes d’amour pratiques, quelques familles ont appris à connaître personnellement le grand Pourvoyeur.

31 août

Le pasteur et son épouse fournissent des légumes frais aux familles pendant le confinement

À 3 h 30 du matin, le pasteur Kulwinder et sa femme, Banubai, étaient déjà debout. Durant ces heures au crépuscule, ils avaient du travail à faire. Sur sa moto, le pasteur Kulwinder avait prévu deux ou trois voyages au marché pour rassembler assez de provisions pour que lui et Banubai puissent les emballer et les distribuer ce jour-là. Ils voulaient se rendre dans le plus grand nombre de maisons possible.

Ces deux dernières semaines, le pasteur et sa femme ont collecté, emballé et distribué des sacs de légumes frais pour des familles nécessiteuses dans sept villages différents d’Asie du Sud. Après avoir obtenu la permission des autorités locales, le pasteur Kulwinder et Banubai ont commencé à bénir des personnes qui luttaient pendant le confinement de COVID-19. Certains vendeurs de légumes, ayant entendu parler de leur travail, leur ont donné des produits gratuits, heureux de pouvoir aider les familles nécessiteuses par l’intermédiaire du pasteur.

Plus tard dans la journée, après de multiples voyages au marché et plusieurs heures d’activité, le dernier groupe de familles avait des sacs de légumes dans les bras.

« Je travaille comme balayeuse dans notre village, mais pendant le confinement du COVID, je n’avais pas de travail et je ne recevais pas mon salaire », a déclaré Chayla, une bénéficiaire. « J’ai trois enfants. Aujourd’hui, j’ai reçu ce sac de légumes très précieux du pasteur Kulwinder, ce qui est une grande bénédiction pour ma famille ».

À gauche : le pasteur Kulwinder et sa femme ont préparé des sacs de nourriture avec une grande variété de légumes pour aider les personnes qui n’ont pas pu faire leurs courses pendant des semaines à cause de la pandémie.
À droite : Banubai, sur la photo, tend un sac de légumes frais à une femme reconnaissante lors d’une de leurs nombreuses distributions.

Une autre bénéficiaire, Sharaya, a déclaré : « Merci beaucoup pour le cadeau spécial de légumes mélangés. Je travaillais comme aide agricole dans l’élevage de poulets du village, et mon mari travaillait comme aide dans une épicerie de notre village. Nous n’avons plus de travail depuis le 12 mars 2020. Merci beaucoup pour ces légumes frais, car nous n’avons pas d’argent pour acheter quoi que ce soit avant de recommencer à travailler ».

Le pasteur Kulwinder a remercié Dieu de lui avoir donné l’occasion de répandre son amour en cette période tumultueuse.

« Même avec nos maigres ressources et les dons des vendeurs, nous avons pu accomplir une grande tâche et servir notre peuple », a déclaré le pasteur. « Je crois que Dieu bénira ces familles. »

14 août

Les croyants ne sont pas seuls dans leur isolement

Les confinements de la pandémie ont provoqué des luttes physiques et financières ainsi qu’un isolement, ressenti surtout par les croyants d’Asie du Sud qui n’ont pas pu rencontrer leurs coreligionnaires et leurs chefs spirituels. Mais ce défi a également présenté une opportunité de croissance spirituelle.

Bien que certains croyants puissent se sentir comme une île de foi au sein de leur famille ou de leur communauté, les pasteurs sont restés en contact avec les membres de leur église par téléphone et les ont encouragés à utiliser ce temps pour se rapprocher de Dieu.

Le pasteur de Kaksi l’a encouragée à faire confiance au Seigneur pendant le confinement et a dirigé l’église dans une chaîne de prière.

Des hommes et des femmes fatigués attendent la distribution de nourriture.

« J’ai appris à dépendre de Dieu plus que jamais », a déclaré Kaksi. « Bien que la période de confinement ait été très dure pour nous tous, le Seigneur a été très bon, et il nous a enseigné pendant cette période de confinement. »

Madhur, une veuve avec deux adolescents à la maison, a appris à faire confiance à Dieu par son pasteur, qui envoie souvent des messages textes avec des demandes de prières, des versets de la Bible et des photos de la façon d’adorer le Seigneur à la maison.

« Il nous a dit que… le Seigneur a conçu cette période de confinement pour que nous passions plus de temps dans sa présence, parce que nous sommes à la maison tout le temps », a déclaré Madhur. « Pendant cette période de confinement, j’ai donc pu réunir mes fils pour prier et pour jeûner…. Nous envoyions donc des photos de notre communauté de prière à notre pasteur et il nous envoyait ses photos. C’est ainsi que nous avons commencé à expérimenter les bénédictions de Dieu, même si nous n’étions pas autorisés à nous réunir pour le culte.

Les ouvriers de GFA distribuent la provision de Dieu

Voyant la nécessité d’aider à fournir des provisions très nécessaires aux familles du village de Madhur, les travailleurs de GFA ont distribué 100 paquets de nourriture le 17 mai. Madhur a considéré que Dieu lui-même s’occupait d’eux en ces temps difficiles; elle s’attend à ce que la nourriture dure 15 jours pour sa famille.

« Je me sens très, très satisfait et heureux quand je vois un sourire sur le visage de ces enfants, quand ils ont reçu un paquet de biscuits ou un peu de nourriture que nous remettons à la famille », a déclaré M. Keturah, un ouvrier de GFA. « C’est la plus grande joie que j’ai, d’aider les enfants. Ce confinement est devenu une occasion pour moi d’exercer mon amour et mon attention pour ceux qui sont dans le besoin, en particulier les enfants ».

« Il est merveilleux de voir comment Dieu pourvoit à nos besoins », a déclaré Madhur. « Parfois, quand j’avais besoin d’acheter de la nourriture… mais que je n’avais pas d’argent, Dieu envoyait des gens avec des provisions, y compris de l’huile de cuisine ou du riz dont j’avais besoin…. Dieu a été bon et gracieux envers nous et a pourvu à tous nos besoins. »

Kaksi, qui est aveugle, dépend d’une petite allocation du gouvernement et de la générosité des autres pour joindre les deux bouts.

« Quand j’ai reçu le paquet, j’étais si heureuse et j’ai immédiatement remercié le Seigneur de m’avoir fait ce beau cadeau, parce qu’il me dit combien Jésus m’aime », a déclaré Kaksi.

Un centre Bridge of Hope de GFA a participé activement à l’aide apportée à la communauté pendant le confinement. Keturah, une membre du personnel de Bridge of Hope qui s’était particulièrement préoccupée des enfants pendant la fermeture, a joyeusement participé à la distribution de nourriture.

« Je me sens très, très satisfaite et heureuse quand je vois un sourire sur le visage de ces enfants, quand ils ont reçu un paquet de biscuits ou un peu de nourriture que nous avons remis aux familles », a déclaré Keturah. « C’est la plus grande joie que j’ai, d’aider ces enfants. Ce confinement est devenu une occasion pour moi d’exercer mon amour et mon attention pour ceux qui sont dans le besoin, en particulier les enfants ».

Ce sens de la communauté a imprégné le corps de Christ local. Bien qu’ils soient physiquement isolés, les croyants tendent la main aux autres et s’encouragent mutuellement pendant cette saison difficile. Nombreux sont ceux qui trouvent de nouvelles forces tandis que leur foi s’enracine de plus en plus. Une partie de cette croissance provient du fait qu’ils voient Dieu pourvoir à leurs besoins physiques par l’intermédiaire des autres.

« J’aimerais remercier tous ceux qui nous ont fourni cette nourriture », a déclaré Madhur. « J’aimerais les remercier du fond du cœur. Je n’ai pas de mots pour leur exprimer toute ma gratitude ».

1 / 8

Des ouvriers de GFA se préparent à distribuer de la nourriture dans un village isolé.

2 / 8

Des hommes et des femmes fatigués attendent la distribution de nourriture.

3 / 8

Les travailleurs de GFA distribuent des paquets de nourriture à près de 100 familles..

4 / 8

Les gens attendent la nourriture tout en gardant une distance sociale.

5 / 8

Les hommes, les femmes et les enfants reçoivent des repas frais.

6 / 8

Les enfants bénéficient d’un repas nutritif.

7 / 8

« J’aimerais remercier tous ceux qui nous ont fourni cette épicerie », a déclaré Madhur (non représentée sur la photo). « J’aimerais les remercier du fond du cœur. Je n’ai pas de mots pour leur exprimer toute ma gratitude ».

8 / 8

15 juin

Un pasteur de GFA distribue des masques aux personnes dans le besoin

Le pasteur de GFA, Ranbir, a regardé les hommes et les femmes se dépêcher de faire leurs courses pour la journée. Pendant deux heures par jour seulement, les habitants d’une région du Madhya Pradesh, en Inde, pouvaient quitter leur maison pendant le confinement du coronavirus. Les travailleurs journaliers et les agriculteurs dépendaient de ces quelques heures pour gagner le peu d’argent qu’ils pouvaient. La majorité de ces travailleurs, a remarqué le pasteur Ranbir, n’avaient pas de masques pour se protéger, ce qui augmentait leurs risques d’être infectés ou de propager le virus.

Un membre de la congrégation du pasteur Ranbir offre un masque à une femme, ainsi que des instructions sur la façon de l’utiliser correctement.

Désireux de les aider, lui et sa congrégation ont fabriqué 220 masques à distribuer. Avec une équipe de croyants, le pasteur Ranbir a rendu visite aux habitants d’un village voisin, leur offrant des masques et des conseils de sécurité sanitaire, comme s’abstenir de tout contact physique et se laver les mains fréquemment.

« Nous avions essayé d’acheter des masques sur le marché, mais ils n’étaient disponibles nulle part », a déclaré un destinataire. « Nous voulons vous remercier d’avoir préparé les masques et de nous les avoir donnés gratuitement. C’est si gentil de votre part! »

Des familles bénies avec des denrées sèches

Lorsque le pasteur Aakaar de GFA et un membre de sa congrégation ont visité un village local du Maharashtra, en Inde, ils ont tous deux constaté la situation difficile à laquelle sont confrontées de nombreuses familles. Le confinement les empêchait de travailler, et donc de gagner de l’argent pour se nourrir.

Le jour même, le pasteur Aakaar et ses collaborateurs ont acheté des denrées sèches, les ont emballées et distribuées à 25 familles.

Le pasteur Aakaar remet un paquet de nourriture essentielle à une femme de la région.

« Ma mère et moi n’avions rien à manger parce que ma mère ne pouvait pas aller travailler à cause du confinement », explique Didar, une adolescente. « Nous n’avons pas à nous inquiéter maintenant, car l’église est avec nous dans cette crise. »

3 juin

Le confinement de l’Asie du Sud libère le potentiel des ministères

Le Dr Daniel Johnson, responsable du ministère médical de GFA sur le terrain, a partagé une vision de la manière dont le coronavirus affecte les missionnaires nationaux, les enfants de Bridge of Hope et plusieurs ministères en cours dans les 16 nations asiatiques où GFA est présente.

« Le confinement n’a pas arrêté le ministère, mais il l’a en fait élargi de différentes manières », a-t-il déclaré.

1 / 6
2 / 6
3 / 6
4 / 6
5 / 6
6 / 6

Les pasteurs de GFA, qui n’ont pas été en mesure de diriger des services de culte, restent en contact avec leurs congrégations en appelant régulièrement les familles et en prenant de leurs nouvelles. Ils ont encouragé les croyants à avoir une « église à la maison » avec leur famille et à participer à des temps de prière quotidiens.

Pour encourager nos pasteurs, notre ministère utilise la messagerie SMS pour envoyer des méditations matinales écrites par K. P. Yohannan, qui sont traduites dans de nombreuses langues, dont le kokborok (voir photo).

Surmonter la barrière de l’analphabétisme

Le Dr Daniel a également fait part de l’encouragement qu’ont reçu nombre de nos groupes de femmes en lisant ou en écoutant une version audio d’une lettre spéciale écrite par Gisela Yohannan, l’épouse de K. P., aux nombreuses sœurs qui servent sur le terrain. Cette lettre, destinée spécifiquement à encourager les femmes en cette période d’incertitude, a été traduite et enregistrée dans plus de 20 langues et envoyée par le biais de médias sociaux ou par SMS.

Une croyante et son enfant écoutant la lettre de Gisela.

Dans une région, deux femmes voisines d’un pasteur et sa famille ont entendu la femme du pasteur jouer la lettre de Gisela. Intriguées et encouragées par ce qu’elles entendaient, les femmes sont allées demander des prières.

Le Dr Daniel a déclaré que le fait d’avoir la lettre de Gisela en format audio permettait de surmonter la barrière de l’analphabétisme, qui est encore très répandue chez les femmes d’Asie, et de planter les graines de l’amour de Christ dans le cœur de ceux qui n’ont peut-être pas eu la chance de le connaître auparavant.

« Personne ne doit être laissé pour compte »

Bien que les centres Bridge of Hope de GFA ne puissent pas fonctionner comme ils le feraient normalement, certains centres se sont transformés en « cuisines communautaires », fournissant des repas chauds aux familles de leur région.

Pour de nombreux enfants qui fréquentent nos centres Bridge of Hope, leur repas principal — ou peut-être leur seul repas de la journée — est celui qu’ils prennent au centre. Sachant cela, le personnel s’assure que leurs élèves ont de quoi manger au milieu de cette crise. Ils continuent également à rendre visite aux enfants et à leurs familles pour les encourager.

Service de repas aux familles des étudiants du Bridge of Hope de GFA.

« Personne ne devrait être laissé pour compte », a déclaré un partenaire sur le terrain. « Avec cet objectif à l’esprit, les équipes de secours en Asie du Sud travaillent sans relâche, jour après jour, pour atteindre chaque personne dans le besoin avec de la nourriture et des produits essentiels. En mettant en place des cuisines communautaires et même en faisant du porte-à-porte pour livrer de la nourriture, des centaines et des centaines de personnes pauvres et nécessiteuses reçoivent chaque jour des repas chauds ».

Au cours d’une réunion de prière du personnel de GFA, le Dr Daniel a fait part de son espoir que nous sortirons plus forts à la fin de cette période d’épreuve, et que le confinement libérera le potentiel du ministère.

Bien que l’école du dimanche ne puisse pas avoir lieu en ce moment, les pasteurs donnent aux enfants des activités à faire à la maison.


Donnez de la nourriture et de l’aide aux victimes du coronavirus

Votre don aux Services de compassion nous permet d’aider ceux qui en ont le plus besoin.


27 mai

Le Bridge of Hope est reconnu pour aider les personnes dans le besoin

Le personnel de GFA Bridge of Hope à Maharashtra avait prié et cherché le Seigneur pour trouver des moyens de bénir leur communauté. Le confinement du coronavirus a particulièrement touché les pauvres. Eux et leurs enfants ont lutté pour obtenir un seul bon repas par jour.

Le personnel de GFA Bridge of Hope a ensuite reçu un appel d’une femme locale leur disant qu’elle avait acheté 225 paquets de nourriture et qu’elle souhaitait que le personnel la distribue, sachant que l’on pouvait faire confiance au centre de Bridge of Hope pour servir les défavorisés de la communauté. Prenant la nourriture, le personnel de Bridge of Hope a mis en sac et distribué des paquets de nourriture aux familles dans le besoin.

Le pasteur Marty et un autre ouvrier de GFA se tiennent prêts à distribuer 225 paquets de nourriture.

La plupart des bénéficiaires sont des travailleurs migrants qui sont sans emploi depuis le confinement.

La plupart des bénéficiaires sont des travailleurs migrants qui sont sans emploi depuis le confinement.

18 mai

Des millions de personnes meurent de faim dans le nord-ouest de l’Inde

« Je viens de recevoir ces photos et j’ai le cœur brisé pour ces gens », partage K. P. Yohannan, fondateur de GFA. « Les pasteurs sur le terrain de la mission m’appellent parce qu’ils ont besoin d’aide pour s’occuper des gens. C’est une énorme opportunité pour l’église de montrer l’amour de Christ en paroles et en actes ».

1 / 6
2 / 6
3 / 6
4 / 6
5 / 6
6 / 6

Les photos que nous venons de recevoir de nos partenaires sur le terrain dans le nord-ouest de l’Inde montrent des foules de personnes mendiant pour de la nourriture. Il s’agit de travailleurs migrants qui ont perdu leur emploi à cause du confinement du coronavirus en Inde. Ils n’ont plus d’endroit où vivre et ils vivent dans la rue ou sous les ponts. Certains d’entre eux retournent chez eux, mais ils n’ont rien à manger.

La ligne s’étend presque à perte de vue. Les gens ne sont pas répartis dans une file d’attente socialement distante, car ils sont désespérés et ils meurent de faim. Hommes, femmes, jeunes, vieux, ils n’ont pas mangé depuis plusieurs jours. Des foules massives se sont rassemblées et essaient de trouver de la nourriture pour subvenir aux besoins de leurs familles.

Le gouvernement essaie de faire ce qu’il peut, mais le besoin est si grand.

Les églises soutenues par GFA dans la région font tout ce qu’elles peuvent pour aider. L’évêque Martin mor Aprem, un de nos responsables sur le terrain, organise des programmes de distribution de nourriture pour aider le plus grand nombre de personnes possible.

« L’évêque essaie de maintenir une distance sociale, mais les gens lui prennent la nourriture des mains et il ne peut pas contrôler la foule », a rapporté un autre responsable de terrain.

Notre prière continue est que Dieu pourvoit aux besoins de ces précieuses personnes. C’est une occasion incroyable pour le corps de Christ de tendre la main et de manifester son amour.


Donnez de la nourriture et de l’aide aux victimes du coronavirus

Votre don aux Services de compassion nous permet d’aider ceux qui en ont le plus besoin.


11 mai

Après 9 ans de prison, le pasteur Manja continue de servir les intérêts de ceux qui souffrent

Les pasteurs soutenus par GFA dans une ville du Népal ont répondu aux besoins des familles sans emploi qui survivaient grâce à des emplois rémunérés au jour le jour dans les secteurs de la construction, de l’ameublement et du tapis. Pendant le confinement, le pasteur Manja, soutenu par GFA, a mobilisé les croyants pour fournir de la nourriture aux affamés. Le pasteur Manja a passé neuf ans en prison après avoir été faussement accusé de meurtre, mais sa passion pour démontrer l’amour de Christ aux personnes qui souffrent a continué de croître et d’avoir un impact sur les vies. Au cours d’un événement qu’il a coordonné, 21 familles ont reçu du riz, de l’huile de moutarde, des lentilles et du sel.

« Je voudrais remercier l’église pour son aide », a déclaré un des bénéficiaires. « Je travaille comme salarié journalier dans le secteur de la construction pour acheter des produits essentiels. Mais cette fermeture du COVID-19 m’a empêché de gagner un salaire journalier. À cause de cela, j’étais tellement déprimé et inquiet de la façon dont je pourrais m’occuper de ma famille ».

Le même jour, le pasteur Manja et sa congrégation ont répondu à une demande d’aide du responsable d’un orphelinat local, où vivent 28 enfants. L’église a donné 20 livres de sucre, 2 livres de feuilles de thé et 4 boîtes de biscuits à l’orphelinat, un cadeau utile dans une culture où le thé est une partie importante de la vie quotidienne et de la communauté.

Même mon fils n’a pas pensé à moi

En Inde, les pasteurs soutenus par GFA ont organisé diverses distributions de nourriture pour aider les personnes pauvres et marginalisées. Un pasteur du Jharkhand, soutenu par GFA, a distribué du riz et des pommes de terre à 27 personnes dans le besoin, dont 7 lépreux. Ces personnes atteintes de la lèpre dépendent de la mendicité pour leur survie. Après que la pandémie se soit propagée en Asie et qu’ils n’aient pas pu quitter leur maison, ils ont lutté pour obtenir un repas quotidien.

Un autre pasteur du Jharkhand a distribué des savons et des détergents à dix veuves et leur a appris l’importance de se laver les mains avec de l’eau et du savon.

Cinq églises du Nagaland ont distribué des produits alimentaires dans leurs communautés respectives, aidant ainsi un total de 140 familles. Ces familles, qui vivent de leur salaire quotidien et ne peuvent pas travailler pendant le confinement, ont souri avec reconnaissance en ramenant chez elles des sacs de légumes, de lentilles, de sel, d’huile, de pommes de terre et de riz.

« J’étais inquiet de ce que j’allais faire pour ma famille en ces temps difficiles », a déclaré un bénéficiaire. « Les membres de l’église m’ont appelé pour m’offrir des denrées alimentaires. Ma famille et moi étions stupéfaits ».

Un autre bénéficiaire, un homme de 51 ans, a déclaré : « Même mon fils n’a pas pensé à moi et ne m’a pas aidé en ce moment, mais vous m’avez donné des produits. Je suis heureux et je vous remercie beaucoup pour votre aide ».

Le personnel de Bridge of Hope prépare de la nourriture pour les affamés

La compassion a pesé sur le cœur de Nabhitha, l’assistante sociale d’un centre de Bridge of Hope, lorsqu’elle a visité un village où vivent plusieurs étudiants de Bridge of Hope. Là, elle a vu des gens qui allaient dormir le ventre vide parce qu’ils ne pouvaient pas travailler durant le confinement.

Nabhitha a contacté un pasteur soutenu par GFA dans sa région pour savoir comment ils pourraient aider ce village. Ensemble, avec l’équipe de Bridge of Hope, ils ont réuni des fonds pour aider ces familles, et ils ont contacté le magistrat du district pour obtenir la permission de préparer et de distribuer de la nourriture. L’équipe de Bridge of Hope a préparé 80 paquets de nourriture remplis de curry de pois chiches et de pain plat, qu’ils ont distribués aux familles du village.

« Nous ne sommes pas en mesure de subvenir aux besoins de notre famille », a déclaré le père d’un étudiant de Bridge of Hope. « Vous vous souciez vraiment de nous. Merci de nous considérer comme des membres de votre famille ».

Veuillez prier pour :

  • Priez pour la fin de la propagation du COVID-19, en particulier dans les zones densément peuplées d’Asie
  • Priez que le Seigneur permette aux pasteurs et aux croyants d’aider efficacement les personnes en difficulté dans leurs églises et leurs communautés
  • Priez pour des transformations dans le cœur et la vie de chaque personne aidée par l’Église
  • Priez que Dieu dirige les chefs des gouvernements qui cherchent à protéger la population de leurs nations

17 avril

Plus de 2300 personnes aidées en cinq jours

Entre le 2 et le 6 avril, les ouvriers soutenus par GFA en Inde et au Sri Lanka ont fourni des produits alimentaires, des repas et des fournitures essentielles à environ 2334 personnes et familles.

Parmi les bénéficiaires figuraient des lépreux, des hommes et des femmes vivant dans des bidonvilles, des veuves, des conducteurs de rickshaw, des ouvriers d’usine, des travailleurs migrants, des ouvriers de la construction et de nombreux autres travailleurs qui dépendent du travail quotidien pour leur survie et celle de leur famille.

1 / 6
2 / 6
3 / 6
4 / 6
5 / 6
6 / 6

Au Sri Lanka, les travailleurs soutenus par GFA ont reçu une autorisation spéciale des autorités locales pour distribuer des paquets de nourriture sèche à 200 familles pendant un couvre-feu national. Ils ont travaillé aux côtés de représentants du gouvernement local et de chefs religieux d’autres confessions pour identifier les familles de trois à cinq enfants qui en avaient le plus besoin.

« Je suis privilégié d’avoir le soutien de ... dirigeants chrétiens qui viennent dans notre temple pour la première fois afin d’aider les familles les plus pauvres de notre village », a déclaré le prêtre en chef du temple bouddhiste local. « C’est une véritable représentation de Jésus-Christ. L’amour a été montré pratiquement à nos villageois, et ils ont reçu une bonne quantité de nourriture sèche avec toutes les choses essentielles ».

Pendant ce temps, en Inde, les travailleurs soutenus par GFA, notamment le personnel de bureau, le personnel de Bridge of Hope, les pasteurs et les femmes missionnaires, ont livré des paquets de nourriture, des articles d’épicerie, du savon et du dentifrice à des hommes et des femmes qui n’ont pas pu acheter de la nourriture pour leur famille parce qu’ils ne pouvaient plus travailler.

Dans le Maharashtra, un ami du pasteur a donné assez d’argent pour acheter des rations pour 35 familles qui dureront 15 jours.

Un bénéficiaire, qui a été diagnostiqué séropositif et a perdu son emploi à cause de cela, vit dans une petite hutte avec sa mère. Son père est décédé il y a quelques années, et il n’a pas été en mesure de s’occuper convenablement de sa mère.

« Je vous remercie de m’avoir aidé alors qu’il n’y avait plus d’espoir », a-t-il déclaré après avoir reçu des articles d’épicerie.

Un autre bénéficiaire, Raghbir, travaille comme chauffeur de taxi. Après avoir reçu des produits alimentaires essentiels, il a déclaré, les larmes aux yeux : « Je n’ai pas eu de travail ces derniers jours et je n’avais plus d’argent pour acheter de la nourriture pour ma famille. Ma femme est malade et alitée, et à un tel moment, votre aide est devenue une grande bénédiction pour nous. Que Dieu vous bénisse abondamment ».

Les travailleurs du Maharashtra espèrent aider 300 enfants vivant dans une colonie de bidonvilles dans les jours à venir.

Dans une région de l’Andhra Pradesh, 10 pasteurs soutenus par GFA ont combiné leurs propres ressources pour acheter des produits d’épicerie pour 40 familles. Dans une autre région de l’Andhra Pradesh, 690 familles ont reçu des légumes tandis que 200 autres personnes ont reçu des repas chauds.

Dans le Chhattisgarh, 64 familles ont reçu des produits alimentaires en temps de besoin. Quarante d’entre elles étaient des travailleurs migrants qui ne peuvent pas rentrer chez eux et qui sont actuellement logés dans la salle communautaire locale ou à l’école secondaire.

En Assam, 30 familles pauvres ont reçu des produits alimentaires et au Bengale occidental, 40 lépreux qui dépendent de la mendicité pour leur survie ont reçu du riz, des lentilles, des pommes de terre, des oignons et du sel.

Veuillez continuer à prier pour les travailleurs soutenus par GFA, car ils font tout ce qu’ils peuvent pour aider ceux qui sont dans le besoin. Pendant cette crise, le ministère continue.

Veuillez prier pour :

  • Priez que le Seigneur fournisse les ressources nécessaires pour aider des milliers d’autres personnes dans les jours à venir.
  • Priez pour la protection de Dieu sur les travailleurs nationaux et ceux qu’ils servent.
  • Priez pour que de nombreuses personnes en Asie découvrent et embrassent l’amour et la rédemption de Dieu en voyant les serviteurs du Seigneur à l’œuvre.

Donnez aux Services de compassion

Votre don aux Services de compassion nous permet d’aider ceux qui en ont le plus besoin.


Notre engagement d'intendance

Nous apprécions votre don en tant que mandat sacré et nous nous engageons à bien gérer les fonds qui nous ont été confiés par nos amis et donateurs. Toutes les options de dons représentent des efforts réels du ministère de GFA pour répondre aux besoins divers des individus et des communautés. Indépendamment des désignations particulières, les fonds sont collectés à des fins du ministère et GFA se réserve le pouvoir discrétionnaire d’utiliser les fonds donnés de toute manière qui sert les objectifs de bienfaisance de GFA.

Are you from the United States?

If you would like to sponsor, donate or make a store purchase, please visit our US office page.

Hide this / Don't show me again