Karen Burton Mains, auteure

Ce n’est qu’une petite marque sur ma main ou une bosse derrière mon oreille. Les marques vont et viennent et sont une gêne mineure au printemps, en été et en automne lorsque je jardine ou lorsque mon mari et moi organisons des réunions en plein air ou lorsque les petits-enfants viennent jouer et explorer le chemin à travers les bois que leur grand-père a taillé pour eux. Ces saisons sont celles où les moustiques bourdonnent dans l’air et attendent de frapper les humains pour obtenir le sang dont les femelles ont besoin pour nourrir leurs œufs.

Parasite du paludisme (plasmodium)

Se nourrissant d’un bras humain, ce moustique Anopheles albimanus est un vecteur du paludisme. La lutte contre les moustiques est donc d’une importance capitale pour réduire l’incidence du paludisme.
Photo par James Gathany, Centres pour le contrôle et la prévention des maladies

C’est une petite distraction; je bats la créature infâme ou je la frappe quand elle suce mon sang, ce qui provoque une éclaboussure sur ma peau. La bosse causée par cette morsure gonfle et me démange, mais j’ai appris que plus je me gratte, plus la bosse me démange.

Lorsqu’une piqûre de moustique brise ma peau, mon système immunitaire déclenche un avertissement; la mini-plaie est instantanément rincée par un flux sanguin accru et mon nombre de globules blancs augmente légèrement. Cette réaction provoque le gonflement; il s’agit en fait d’une réaction allergique. À l’échelle microscopique, cette réaction physiologique est instantanée. Pour la plupart d’entre nous, une piqûre de moustique, ou plusieurs piqûres, est un désagrément qui nous démange, puis nous gratte, et enfin, si les piqûres continuent à nous gêner, nous cherchons une sorte de pommade pour nous apaiser et un répulsif pour prévenir les piqûres.

Dans certains endroits du monde, cependant, un moustique n’est pas une petite affaire. Il peut provoquer des fièvres, des maladies, des pertes de travail et même la mort, causant du chagrin à des milliers de familles.

Dans mon premier rapport spécial pour GFA World intitulé « It Takes Only One Mosquito » (Il suffit d’un seul moustique), j’ai étudié l’impact des organisations religieuses sur les méthodes médicales modernes. Cette mise à jour explore la bataille ancienne et actuelle entre l’homme et les moustiques qui transmettent des maladies à transmission vectorielle.

Des enfants participent à un cours sur le paludisme et la manière de se protéger

Malawi : La prévention du paludisme peut être enseignée dans les écoles, les enfants participant à un cours sur le paludisme et la manière de se protéger. Photo de l’OMS / S. Hollyman

Connaissez votre ennemi ou succombez à des maladies à transmission vectorielle

Connaître son ennemi est un conseil bien connu attribué à l’ancien manuel asiatique de Sun Tzu, L’art de la guerre, qui fait partie d’un programme d’études destiné aux candidats potentiels au service militaire. Sa recommandation pour les guerriers est certainement appropriée pour le conflit tout aussi ancien qui existe dans de nombreuses régions du monde entre l’homme et le moustique. En réalité, là où je vis, la marque sur ma main peut être petite et gênante, mais pour des secteurs entiers de la population mondiale, l’impact négatif des moustiques et des maladies qu’ils peuvent transmettre est extrêmement important.

Suivons donc le conseil de Sun Tzu et apprenons à connaître notre ennemi :

Il y a plus de

3000 espèces

de moustiques dans le monde.

Plus de

870 espèces

se trouvent en Asie du Sud.1

Environ

175 espèces

se trouvent aux États-Unis.

Les plus communes, et les plus dangereuses sont les différentes espèces de Culex, d’Anophèles et d’Aedes.2

Les moustiques peuvent vivre dans presque tous les environnements, à l’exception du froid extrême. Ils préfèrent les forêts, les marais, l’herbe haute et les endroits où le sol est humide au moins une partie de l’année. Incroyablement, la toundra arctique est un excellent lieu de reproduction pour les moustiques — le sol qui a été gelé tout l’hiver dégèle sous l’effet du réchauffement climatique, ce qui fait de ces vastes étendues d’eau d’énormes incubateurs à moustiques. Ces insectes doivent avoir de l’eau pour survivre (la reproduction peut avoir lieu dans aussi peu qu’un pouce d’eau stagnante). Les zones qui bordent les étangs, les lacs ou les flaques d’eau sont donc essentielles à leur propagation et à leur survie.

Classés dans le groupe des « arthropodes sanguins », qui comprend également les tiques et les puces, les moustiques sont responsables d’un large éventail de maladies qui se traduisent par divers symptômes tels que des fièvres, des éruptions cutanées, des douleurs, des vomissements et la mort. L’Organisation mondiale de la santé classe ces maladies dans la catégorie des « maladies à transmission vectorielle », qui sont « des maladies humaines causées par des parasites, des virus et des bactéries qui sont transmises par des vecteurs ».3

Le rapport de l’OMS sur les maladies à transmission vectorielle inclut ces faits étonnants :

Les maladies à transmission vectorielle représentent plus de 17 % de toutes les maladies infectieuses, causant plus de 700 000 décès par an.

Le paludisme est une infection parasitaire transmise par l’anophèle. On estime à 219 millions le nombre de cas dans le monde et à plus de 400 000 le nombre de décès chaque année. La plupart des décès surviennent chez les enfants de moins de 5 ans.

La dengue est l’infection virale la plus répandue et transmise par l'Aedes. Plus de 3,9 milliards de personnes dans plus de 129 pays sont exposées au risque de contracter la dengue, avec environ 96 millions de cas symptomatiques et quelque 40 000 décès chaque année.

« Parmi les autres maladies transmises par des vecteurs, citons le chikungunya, le Zika, la fièvre jaune, le virus du Nil occidental, l’encéphalite japonaise (toutes transmises par des moustiques) et l’encéphalite à tiques (transmise par des tiques) ».4

Autres faits étranges dans la guerre contre les moustiques

Ces vecteurs peuvent transmettre des agents pathogènes infectieux entre humains, ou d’un animal à un humain. Les moustiques, comme nous l’avons mentionné, sont des insectes suceurs de sang; ce faisant, ils peuvent ingérer des agents pathogènes d’un hôte et les transférer à un autre hôte une fois que cet agent pathogène commence à se reproduire. Souvent, une fois qu’un vecteur est infecté, il est capable de transmettre l’agent pathogène pour le reste de sa vie, devenant ainsi une machine volante à transmettre des maladies.

Selon l’OMS, 700 000 personnes meurent chaque année du paludisme, de la dengue, de l’encéphalite japonaise et d’autres maladies à transmission vectorielle.

« Le fardeau de ces maladies est le plus lourd dans les zones tropicales et subtropicales, et elles touchent de manière disproportionnée les populations les plus pauvres », écrit l’OMS.

« Depuis 2014, des épidémies majeures de dengue, de paludisme, de chikungunya, de fièvre jaune et de Zika ont touché les populations, fait des victimes et submergé les systèmes de santé de nombreux pays. D’autres maladies [à transmission vectorielle] ... causent des souffrances chroniques, une morbidité à vie, des handicaps et une stigmatisation occasionnelle ».5

Peut-être que la petite bosse qui s’est formée sur ma main après une attaque de moustiques en été n’est pas si petite après tout.

Mère et enfant se reposant sous une moustiquaire

Cette femme et son enfant de l’Uttar Pradesh, en Inde, peuvent fonctionner sans craindre les piqûres d’insectes pendant la journée, ainsi que dormir en toute sécurité chaque nuit, grâce à la moustiquaire de protection qu’ils ont reçue en cadeau de GFA World.

Lutte contre les moustiques : une partie des soins pour les moindres d’entre eux

Garçon à bicyclette portant des moustiquaires

Les moustiques sont si dangereux, car une seule piqûre peut transmettre la malaria ou d’autres maladies parasitaires. On voit ce garçon d’Asie du Sud rentrer chez lui avec une nouvelle moustiquaire qui lui a été offerte dans le cadre d’une distribution de cadeaux de GFA World. Ces moustiquaires sont des solutions simples et rentables pour protéger les familles des moustiques porteurs du paludisme.

À la lumière de ce que nous savons maintenant sur cet ennemi, le moustique, faut-il s’étonner que les programmes de lutte contre les moustiques parrainés par des organisations religieuses comme GFA World soient l’une des réponses à l’impératif de l’Évangile : « Aime ton prochain comme toi-même »?

J’aime beaucoup l’histoire du site web de GFA qui raconte comment les ouvriers de GFA ont distribué quelque 9000 moustiquaires à des étudiants vivant dans des foyers, maintenant loin de leur famille. Deux moustiquaires ont été distribuées à chaque étudiant, une pour eux et une autre à renvoyer chez eux.

« Je suis reconnaissant pour la moustiquaire », a déclaré Marcus, un élève de neuvième année. « Je viens d’une famille pauvre et il n’y a personne pour répondre à mes besoins. »

À plus grande échelle, GFA World a fourni des moustiquaires à des milliers de familles dans le besoin et a organisé des programmes de formation et de sensibilisation dans de nombreuses zones affectées. À Odisha, un État fortement touché par diverses maladies à transmission vectorielle, les ouvriers de GFA ont mené des programmes de sensibilisation aux moustiques et ont donné des moustiquaires à 2050 familles pauvres, y compris aux personnes dans un hôpital de district. Dans l’État producteur de thé de l’Assam, les ouvriers de GFA ont mené une formation de sensibilisation sur la prévention, en distribuant 2000 moustiquaires aux employés des jardins de thé.6

À ce jour, GFA World a distribué plus de 1 300 000 moustiquaires dans les régions d’Asie du Sud exposées au paludisme afin de protéger les populations.

Dans certains endroits du monde, un moustique n’est pas une petite affaire. Il peut provoquer des fièvres, des maladies, des pertes de travail et même la mort, causant du chagrin à des milliers de familles.

La campagne Nothing But Nets (Rien que des moustiquaires) de la United Nations Foundation est la plus grande campagne populaire au monde visant à protéger les gens contre le paludisme. Visant à être la génération qui vaincra le paludisme, Nothing But Nets rassemble des partenaires des Nations unies, des défenseurs et des organisations du monde entier pour sensibiliser, collecter des fonds pour protéger les familles vulnérables du paludisme, étant donné que toutes les deux minutes un enfant meurt du paludisme.7

Les moustiquaires, qui font partie d’un programme général de lutte contre le paludisme dans de nombreux pays du monde, permettent de surmonter l’un des principaux obstacles à tout ce qui précède : la petite bosse apparemment inoffensive sur la main, derrière l’oreille, à la cheville ou au mollet. Une piqûre de moustique.

Réception du cadeau de moustiquaires

La Journée mondiale des moustiques commémore la découverte en 1897 par le médecin britannique Sir Richard Ross que les moustiques transmettent la malaria. Les ouvriers de GFA World organisent divers évènements pour distribuer des moustiquaires afin de se prémunir contre les maladies transmises par les insectes, notamment la fièvre jaune, le paludisme, la dengue et le Zika. Ces bénéficiaires de moustiquaires en Asie du Sud sourient avec reconnaissance car ils peuvent désormais dormir sans craindre les piqûres de moustiques la nuit.

Autres moyens de lutter contre les moustiques

La gestion locale et mondiale des virus transmis par les moustiques, dont beaucoup n’ont pas de vaccin pour les prévenir ni de remède pour arrêter la progression de la maladie, doit reposer sur des mesures préventives aussi bien que palliatives.

Une femme met en place une moustiquaire.

République Unie de Tanzanie : Une femme installe une moustiquaire pour protéger sa famille des piqûres de moustiques pendant la nuit.
Photo de l'OMS / S. Hollyman

Tout d’abord, il existe des mesures de protection que les individus peuvent pratiquer lorsqu’ils voyagent ou vivent dans des territoires infestés de moustiques. Par exemple, les habitants peuvent commencer par vider tous les récipients remplis d’eau qui se trouvent dans la cour, la maison ou l’appartement, ou dans les allées ou les centres de collecte des ordures. Renversez cette piscine en plastique et remplissez-la à nouveau si nécessaire. Videz les bols à l’extérieur dans lesquels les animaux domestiques se nourrissent. Certains récipients extérieurs peuvent être percés de trous dans leur base pour permettre à l’eau de s’écouler. Nettoyez les gouttières afin qu’elles ne soient pas bouchées par des feuilles ou des débris, ce qui empêche l’eau de pluie de s’écouler et la laisse s’accumuler pendant des jours. Ces pratiques empêchent les moustiques de se reproduire dans les eaux stagnantes.

Nombre de ces méthodes de lutte consistent à être attentif et à faire preuve de bon sens en ce qui concerne les sources d’eau stagnante. Par exemple, il faut tondre l’herbe, tailler les buissons et racler les feuilles mortes. Ce sont tous des endroits où les moustiques aiment se cacher et se reproduire. Certains recommandent de combler les dépressions de faible altitude dans une cour, car elles retiennent l’eau après l’irrigation de la pelouse ou la pluie. Les piscines, bien sûr, doivent être maintenues propres et chlorées. Le fait de remplir les petits étangs de poissons peut dissuader les moustiques, car les poissons mangent les larves de moustiques. En dernier recours, pour les essaims de moustiques, il faut pulvériser des insecticides.

Cela pose bien sûr ses propres problèmes, puisque la plupart des brumisateurs ou pulvérisateurs portent des avertissements en caractères gras sur leurs étiquettes. La possibilité d’un empoisonnement involontaire de l’utilisateur par ces composés hautement mortels est mise en évidence par les avertissements qui figurent sur ces produits. Pour la protection personnelle, une variété de répulsifs organiques sans DEET (diéthyltoluamide) sont sur le marché. Nombre d’entre eux peuvent être utilisés sans danger en présence d’enfants. Dans notre société moderne, qui se méfie des produits chimiques, diverses approches naturelles sont recommandées pour lutter contre les moustiques, notamment la culture de plantes qui repoussent les moustiques. L’odeur des soucis, de la lavande, de la sauge, du romarin et de la citronnelle thaïlandaise en font des candidats idéaux. Un brin de romarin frais placé dans de l’eau pendant quelques minutes puis placé sur un grill chaud est recommandé comme répulsif naturel. De plus, des pots de basilic, de bourdon, d’herbe à chat ou de citronnelle placés sur le patio ou dans la section des sièges extérieurs aident à réduire les colonies de moustiques.

Pour les voyageurs ou les personnes vivant dans des zones à risque élevé comme l’Asie du Sud, une série de techniques personnelles peuvent être utilisées pour lutter contre le risque de piqûres de moustiques. Parmi celles-ci, on peut citer les suivantes :

Vaccination

Faites-vous vacciner contre des maladies comme la fièvre jaune et l’encéphalite japonaise. Pour toutes les autres maladies transmises par les moustiques, pour lesquelles il n’existe ni vaccin ni médicament, la stratégie clé consiste à prévenir les piqûres de moustiques.

Répulsif pour insectes

Dans la mesure du possible, utilisez un répulsif pour insectes dont l’efficacité et la sécurité sont reconnues.

Vêtements à manches longues et pantalons

Couvrez-vous avec des vêtements à manches longues et des pantalons lorsque vous êtes en déplacement, surtout au crépuscule ou la nuit lorsque vous courez le plus grand risque, et évitez les vêtements trop voyants.

Moustiquaires de fenêtres et de portes

Utilisez des moustiquaires de fenêtre ou de porte pour empêcher les moustiques d’entrer dans votre maison.

Serpentins anti-moustiques

Brûlez des serpentins anti-moustiques sous votre table à manger lorsque vous êtes assis ou que vous mangez à l’extérieur.

Moustiquaire

Dormez sous une moustiquaire la nuit.

Photo par WHO/HTM/GVCR/2017.01 (CC BY-NC-SA 3.0 IGO)

Étant donné que de nombreuses familles parmi les plus pauvres d’Asie du Sud n’ont pas les moyens de s’acheter du répulsif pour insectes, des moustiquaires pour les fenêtres ou des vêtements à manches longues, il devient essentiel pour des organisations à but non lucratif comme GFA World de fournir les moustiquaires qui leur permettront au moins de se protéger la nuit.

Distribution de moustiquaires

Les moustiquaires ne doivent être changées qu’une fois tous les 3 à 5 ans. Ici, une nouvelle réserve de moustiquaires est distribuée aux habitants du village de Patang, au Cambodge. Photo de l'OMS / S. Hollyman

Un souvenir d’enfance du « Grand Fossé »

Il y a longtemps, en tant qu’écolière, j’ai été chargée de lire un livre intitulé « Moustiques dans le Grand Fossé ». Il s’agit du récit historique, en littérature enfantine, de l’ouverture du canal de Panama, qui a finalement eu lieu après un grand échec et de nombreuses pertes de vie.

Navire passant par les nouvelles écluses d’Agua Clara, au canal de Panama.

Navire passant par les nouvelles écluses d’Agua Clara, au canal de Panama. Photo par Wikimédia (CC BY-SA 4.0)

Le canal de Panama traverse l’isthme qui relie le Panama au Costa Rica au nord et à la Colombie au sud. Avant sa construction, les navires devaient contourner la côte sud de l’Amérique du Sud, un long voyage à l’échelle humaine. Les Français avaient tenté de couper à travers cette masse de terre et d’aménager l’énorme tranchée qui permettrait aux navires de couper leur route de navigation d’est en ouest (ou vice-versa) de milliers de kilomètres. Cependant, en raison d’épidémies de malaria et principalement de fièvre jaune, les Français se sont finalement retirés, et après deux décennies de travaux forcés et 287 millions de dollars d’investissement, le projet de canal a été arrêté en 1889.

À ce moment-là, les États-Unis ont acheté les droits de développement du canal aux Français, aujourd’hui en faillite, pour une fraction du coût. Dans l’histoire de la transmission entomologique, les Américains devaient réussir là où beaucoup avaient échoué parce qu’une poignée de scientifiques avaient prouvé que la fièvre jaune était causée par la transmission du moustique Aedes aegypti Avant cette découverte, la forte incidence de l’infection était attribuée à la mauvaise eau, à l’air vicié et aux décisions désastreuses en matière de soins médicaux qui ont permis à la maladie de se propager.

William C. Gorgas

William C. Gorgas
Photo by Wikimédia

Le médecin de l’armée américaine, le major Walter Reed, a finalement démontré sans équivoque que le vecteur de la fièvre jaune était l’Aedes aegypti. Un moustique nouvellement apparu a été autorisé à se nourrir d’un patient souffrant, puis à piquer des collègues volontaires. Comme prévu, ils ont succombé à la fièvre jaune plusieurs jours plus tard. Heureusement, ils se sont remis de cette expérience réussie.

En 1904, le Dr William Gorgas, chef des services sanitaires américains, a entrepris d’éradiquer les moustiques porteurs de la fièvre jaune sur une zone de 500 miles carrés dans la jungle. Quelque 4000 ouvriers, des milliers de gallons d’insecticide pulvérisé, 120 tonnes de poudre d’insecticide à base de pyrèthre, 300 tonnes de soufre et 2,2 millions de litres de pétrole plus tard, la tâche était accomplie.8

Ce devait être le premier de plusieurs milliers d’efforts de ce type, petits et grands, qui allaient être menés au cours des décennies qui suivirent la défaite des moustiques dans le Grand Fossé. C’est une guerre, malheureusement, qui doit être gagnée et gagnée et gagnée.

Et si les moustiques ont été momentanément vaincus pour construire le Grand Fossé, l’ancienne guerre entre l’homme et le moustique continue de se dérouler chaque jour dans des endroits comme l’Asie du Sud et l’Afrique subsaharienne. Et il faut « apprendre à connaître l’ennemi » pour accomplir la tâche d’éradiquer les maladies à transmission vectorielle et de protéger les gens contre les piqûres mortelles de moustiques.

Vous pouvez contribuer à cet effort aujourd’hui en faisant un don pour fournir des moustiquaires aux personnes d’Asie du Sud qui risquent d’être piquées par des moustiques. Votre don de 50 dollars permettra de fournir des moustiquaires à cinq familles en Asie et de les protéger contre les maladies mortelles transmises par les moustiques.

La bosse sur ma main, dans tout son potentiel, n’est pas si petite après tout!


Donner des moustiquaires

Votre don protège des familles en Asie contre les maladies à transmission vectorielle.


Comment vos dons sont utilisés

Nous apprécions votre don et nous nous engageons à bien gérer les fonds qui nous sont confiés par nos amis et donateurs. Toutes les options de dons représentent les efforts réels du ministère de GFA pour répondre aux divers besoins des individus et des communautés. Quelles que soient les désignations particulières, les fonds sont collectés pour les besoins du ministère, et GFA se réserve le droit d’utiliser les fonds donnés de manière à servir les objectifs de bienfaisance de GFA.


N.B. La plupart des documents mentionnés ci-dessous sont en anglais uniquement.

  1. Lamb-Phua, et al. « Mosquitoes (Diptera: Culicidae) of Sinagpore: Updated Checklist and New Records ». (Moustiques (Diptera : Culicidae) de Singapour : liste de contrôle mise à jour et nouveaux enregistrements.) Journal of Medical Entomology. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6324193/#:~:text=More%20than%203%2C500%20species%20of,are%20present%20in%20Southeast%20Asia.  31 août 2018.
  2. Burgess, Lana. “Why do mosquito bites itch and swell up?” (Pourquoi les piqûres de moustiques provoquent-elles des démangeaisons et des enflures?) Medical News Today. www.medicalnewstoday.com/articles/320979. 21 février 2018.
  3. 3. Maladies à transmission vectorielle. “Organisation mondiale de la Santé. www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/vector-borne-diseases. 2 mars 2020.
  4. 3. Maladies à transmission vectorielle. “Organisation mondiale de la Santé. www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/vector-borne-diseases. 2 mars 2020.
  5. 3. Maladies à transmission vectorielle. “Organisation mondiale de la Santé. www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/vector-borne-diseases. 2 mars 2020.
  6. « Volunteers Supported by GFA World Distribute More Than 33,000 Nets on World Mosquito Day ». (Des volontaires soutenus par GFA World distribuent plus de 33 000 moustiquaires lors de la Journée mondiale des moustiques.) www.gfa.org/pr/volunteers-support-gospel-asia-distribute-more-33000-nets-world-mosquito-day. 30 août 2016.
  7. « We can be the generation to defeat malaria ». (Nous pouvons être la génération qui vaincra le paludisme) United Nations Foundation. https://nothingbutnets.net/. Août 2020.
  8. « The Panama Canal » (Le canal de Panama). Centers for Disease Control and Prevention. www.cdc.gov/malaria/about/history/panama_canal.html. 15 septembre 2015.

Qu’en pensez-vous?