Les symptômes persistants d’un garçon suscitent la peur

Les parents de Rahm ont examiné une fois de plus les bosses rouges sur sa peau. Les sourcils se sont probablement froncés. Peut-être que c’était l’éruption cutanée qui les préoccupait le plus. Peut-être était-ce la fièvre ou la perte d’appétit. Peut-être était-ce simplement le fait que les symptômes du jeune garçon ne disparaissaient pas.

Père, mère et enfant participent à un camp médical gratuit de GFA World.

Les parents de Rahm (sur la photo), inquiets de la persistance de ses symptômes, ont cherché à obtenir des soins médicaux pour leur jeune fils.

Qu’est-ce qui ne va pas chez leur fils? Pourquoi sa maladie persistait-elle? Risque-t-il de perdre la vie?

Des parents inquiets cherchent un remède

Vivant dans un village éloigné et ne disposant d’aucun véhicule motorisé, la famille de Rahm avait peu d’accès aux soins de santé. Ils faisaient probablement partie des 4,13 milliards de personnes dans le monde qui devaient marcher 60 minutes ou plus pour atteindre un centre de soins s’ils ne pouvaient pas louer un moyen de transport.1 Sans moyen de transport, l’hôpital public était trop éloigné pour que la famille de Rahm puisse obtenir des soins médicaux appropriés, si elle pouvait même se les offrir. Au lieu de cela, elle s’en remettait aux médecins locaux du village, qui étaient inexpérimentés. Lorsque les symptômes de Rahm sont apparus, ses parents ont consulté un médecin local, mais le traitement médical qu’ils ont reçu n’a guère atténué les souffrances de leur fils.

4,13 milliards de personnes dans le monde doivent marcher 60 minutes ou plus pour accéder à un établissement de soins de santé.

C’était un dilemme fréquent dans leur village. De nombreuses personnes étaient blessées et malades, et le restaient parce qu’elles ne bénéficiaient pas de soins de santé appropriés. Selon l’Académie des sciences de New York, « de bonnes routes, souvent rares dans les régions pauvres des pays en développement, sont nécessaires non seulement pour que les gens puissent se rendre dans les établissements de santé, mais aussi pour que les médicaments et autres fournitures soient facilement distribués dans ces établissements, pour que les patients soient dirigés en temps voulu vers les services d’urgence et pour que les professionnels de la santé soient mieux encadrés »2.

L’inquiétude pour leur fils continuait de peser sur les parents de Rahm. Ils ont appliqué le traitement qu’ils ont reçu, puis ont assisté, impuissants, à l’absence d’amélioration de l’état du petit garçon. Sa condition était-elle guérissable? En 2019, 5,2 millions d’enfants de moins de 5 ans et 500 000 autres enfants âgés de 5 à 9 ans sont morts de causes évitables et traitables.3 Rahm guérirait-il si seulement il recevait le traitement médical approprié?

Enfin un soulagement

Les missionnaires de GFA connaissaient le besoin de soins de santé de ce village éloigné. Malheureusement, ce besoin est commun dans les régions où GFA travaille. « Les pauvres dans les pays [en développement] souffrent d’une charge de maladie disproportionnée, mais ont généralement moins accès aux soins de santé, que ce soit en termes d’accessibilité géographique, de disponibilité, d’accessibilité financière, d’acceptabilité ou de qualité des soins », explique l’Académie des sciences de New York.4

Des villageois font la queue pour recevoir des soins lors d’un camp médical gratuit de GFA World.

Une équipe médicale de GFA World s’est rendue dans le village reculé de Rahm (non illustré) pour offrir des services médicaux gratuits aux personnes dans le besoin.

Accablés par la souffrance des malades qui ne pouvaient pas obtenir de soins médicaux appropriés par eux-mêmes, ces missionnaires de GFA World ont organisé un camp médical gratuit. Arrivée au village, l’équipe, qui comprenait des médecins professionnels, a offert avec compassion des soins médicaux efficaces à tous ceux qui en avaient besoin, y compris Rahm.

Un jeune garçon qui a reçu des soins lors d’un camp médical gratuit de GFA World.

Rahm (sur la photo) a souffert de la varicelle jusqu’à ce qu’il reçoive un traitement approprié dans un camp médical de GFA World.

Ayant entendu parler de ce camp médical gratuit, les parents de Rahm ont amené le garçon pour le faire soigner. La peur et l’espoir se bousculaient peut-être dans leur cœur. Ces médecins seraient-ils en mesure de les aider? Leur traitement ferait-il une différence pour leur garçon, ou était-il vain d’essayer?

Les médecins expérimentés ont immédiatement reconnu l’état du garçon : la varicelle. Bien qu’il soit généralement bénin chez les enfants en bonne santé, le virus peut entraîner de graves complications, voire la mort, chez un enfant dont le système immunitaire est affaibli.5 La malnutrition, courante dans les familles pauvres comme celle de Rahm, compromet souvent l’état de santé général et la capacité à lutter contre la maladie.6 Les parents de Rahm ont peut-être retenu leur souffle lorsque le médecin est passé du diagnostic au pronostic. Rahm allait sûrement s’en sortir, n’est-ce pas?

Le médecin a déconseillé d’utiliser des médicaments locaux, ce qui aurait pour effet de ralentir le rétablissement du garçon. Il a donné aux parents une crème médicamenteuse à appliquer sur le corps de Rahm.

Quelques jours plus tard, le pasteur Miloh de GFA a rendu visite à la famille de Rahm pour prendre des nouvelles du garçon et prier pour eux. Le pasteur Miloh a immédiatement remarqué la nette différence dans l’état de santé du garçon. Rahm avait déjà commencé à se rétablir et allait guérir complètement dans les jours à venir.

« C’est la différence entre les médecins expérimentés et les médecins du village », a déclaré le pasteur Miloh aux parents de Rahm.

Rahm n’était qu’une personne parmi d’autres dans la communauté qui a bénéficié du camp médical et des traitements efficaces qu’il a fournis. De nombreuses autres personnes du village avaient également souffert de l’absence de soins médicaux appropriés. M. Noland, un enseignant local, a applaudi le travail de l’équipe du ministère médical de GFA et l’aide qu’elle a apportée à la communauté.

« Au moins la moitié de la population mondiale ne peut pas obtenir les soins de santé essentiels ».

« [L’église] a été un grand canal de bénédiction pour notre société et les villageois de [notre] village », a déclaré M. Noland. « Elle rend de nombreux services à la population, et grâce à elle, les villageois et moi-même sommes profondément bénis et aidés. Nous reconnaissons leur service et sommes reconnaissants pour [leur] travail de compassion. »

Une détresse commune pour la moitié de la population mondiale

Le ministère médical de GFA World aide des milliers de personnes ayant besoin de soins médicaux, mais le besoin de tels services est considérable. « Au moins la moitié de la population mondiale ne peut pas obtenir les services de santé essentiels », rapportent la Banque mondiale et l’Organisation mondiale de la santé. « Et chaque année, un grand nombre de familles sombrent dans la pauvreté parce qu’ils doivent payer les soins de santé de leur propre poche ».7

Une mère et son fils reçoivent des soins lors d’un camp médical gratuit de GFA World.

Comme ce garçon, Rahm a bénéficié des soins d’un médecin professionnel lors d’un camp médical de GFA World.

De nombreuses familles des pays en développement, lorsqu’elles sont confrontées à la maladie, doivent choisir entre s’endetter ou souffrir de maladies non traitées qui peuvent entraîner la mort. Parfois, elles n’ont aucun accès aux soins de santé. Les soins gratuits dispensés dans leur propre village par des professionnels de la santé qualifiés, tels que ceux offerts par les camps médicaux de GFA, offrent des soins qui peuvent littéralement sauver des vies. Cela démontre également l’amour de Christ pour les personnes dans le besoin. Vous pouvez aider les équipes du ministère médical de GFA à répondre à ces besoins physiques tout en démontrant l’amour de Christ aux malades et aux blessés.


Faites un don au ministère médical

Votre don pour le ministère médical de GFA World peut aider des milliers de personnes qui ont besoin de soins médicaux, tout en démontrant l’amour de Christ.


Comment vos dons sont utilisés

Nous apprécions votre don et nous nous engageons à bien gérer les fonds qui nous sont confiés par nos amis et donateurs. Toutes les options de dons représentent les efforts réels du ministère de GFA pour répondre aux divers besoins des individus et des communautés. Quelles que soient les désignations particulières, les fonds sont collectés pour les besoins du ministère, et GFA se réserve le droit d’utiliser les fonds donnés de manière à servir les objectifs de bienfaisance de GFA.



*Names of people and places may have been changed for privacy and security reasons. Images are GFA stock photos used for representation purposes and are not the actual person/location, unless otherwise noted.

Are you from the United States?

If you would like to sponsor, donate or make a store purchase, please visit our US office page.

Hide this / Don't show me again